La part de l’ombre



La part de l’ombre évoque pour moi tous ces états d’âmes que nous reléguons dans les tréfonds de notre être et que nous qualifions d’obscurs. La mélancolie, la tristesse, l’inquiétude, tant de sentiments que le visage s’applique à dissimuler. Ici, la lumière presque tragique vient souligner ce type d’émotions, de même que les images volontairement sombres, jusqu’à perdre certains détails, s’harmonisent avec cette part d’ombre. La perte partielle du référent transfère l’attention sur une part plus intériorisée de l’image, vers la suggestion et l’imaginaire.

Le paysage et la nature ont souvent été utilisés en littérature pour signifier les états d’âmes, surtout à l’époque romantique, stigmatisée par les écrits de Chateaubriand, notament La Cathédrale. Ces diptyques fonctionnent en ce sens: souligner et proposer des lieux illustrant une émotion; une topique de la part de l’ombre.


Retour aux écrits